Messagerie | Contact




Sida, Paludisme, Tuberculose au menu des discussions à Genève, à l’occasion de la rencontre francophone du LEEM, en partenariat avec l’OIF.

Rencontre se tenant habituellement la veille de l’ouverture des assises de l’Assemblée mondiale de santé, la 21ème du genre, elle s’est tenue le 19 mai 2019, à l’hôtel Intercontinental de Genève, avec comme thème « Sida, Paludisme, tuberculose, comment optimiser les programmes d’action ? ». Elle a regroupé les Ministres en charge de la santé des pays francophone et plusieurs partenaires, dont l’OMS, le Fond mondial, la fondation Bill Melinda Gates, le Novartis Group et l’Orange Healthcare. L’OCEAC a été représentée au plus haut niveau par Son Secrétaire Exécutif, Dr Manuel Nso Obiang Ada. A ses côtés, deux collaborateurs à savoir, le Directeur des programmes et de la recherche et le coordonnateur du Programme sous régional d’Harmonisation des Politiques Pharmaceutiques nationales.

Introduits par M. Philippe LAMOUREUX, Directeur Général du LEEM, assisté par Son Excellence Henri MONCEAU, Ambassadeur, Observateur Permanent de l’OIF auprès des Nations Unies à Genève, Les travaux ont été ouverts par Son Excellence, Madame Claudine TALON, Première Dame du Bénin, Présidente de la Fondation Claudine TALON, qui a hautement rehaussé de sa présence cette rencontre.

Deux tables rondes ont marqué le déroulement des travaux de la rencontre, à savoir : le financement et la mise en œuvre des programmes (VIH/Sida, Paludisme, Tuberculose) et puis, les Défis et perspectives » liés à la lutte contre ces trois maladies.

Après des débats riches et fructueux, il en ressort des discussions que Les pandémies du VIH/Sida, paludisme et Tuberculose constituent une triade infernale dans le monde et surtout dans les pays d’Afrique francophone. En dépit des efforts déployés avec l’avènement du fonds mondial qui ont entrainé une diminution de la morbidité et la mortalité liées à ces trois pandémies, leurs importances en termes de problèmes persistants de santé publique dans nos pays semblent émousser les ardeurs dans un contexte de baisse de financement pour la lutte. Aussi, 14 milliards de USD est à rechercher dans le cadre d’un nouveau financement (Fonds mondial) pour la lutte contre ces trois pandémies ; à cet effet, le plaidoyer est ainsi fait en direction de toutes les parties prenantes pour une mobilisation des anciens pays donateurs du fonds mondial, afin de maintenir leurs financements ; une mobilisation de nouveaux partenaires, sources de nouveaux financements ; une mobilisation des pays du fonds mondial pour un renforcement des financements domestiques au bénéfice de la lutte contre les trois pandémies ; un renforcement de l’engagement du secteur privé dans la lutte. Les stratégies innovantes pour la prise en charge des populations spéciales (accès difficile, pays en crise) doivent être encouragées et renforcées, ainsi que les bonnes pratiques et la lutte contre les faux médicaments ; la qualité dans la collecte et la gestion des données liées à la lutte contre les trois pandémies est vivement recommandées et surtout la facilité qu’offre les nouvelles technologies de la communication et de l’information. Dans ce cadre une harmonisation, au niveau global, pour les bases et le traitement des données est vivement souhaitée. Cette rencontre a permis à l’OCEAC non seulement d’échanger avec nombre de partenaires concernant le développement de collaborations sur des thématiques variées en général et sur la lutte contre le VIH/Sida, le paludisme et la Tuberculose, en particulier, mais aussi de prendre contact avec les Ministres de la santé des pays de la CEMAC, pour, entre autres, leurs remettre les documents de travail et les cartes d’invitation concernant le diner-débat que l’OCEAC organisera, à l’honneur de ces autorités sanitaires, en date du 23 mai 2019, au Restaurant La Perle du Lac, à Genève Suisse. Ces documents de travails sont essentiellement des notes de présentations sur le processus de la mise en place d’un référentiel sous régional d’harmonisation des sanctions et infractions liées au trafic des Médicaments de Qualité Inférieure et Falsifiés en zone CEMAC; l’état d’avancement du processus d’adoption d’une stratégie sous régionale, 2019-2023, d’accélération vers l’élimination du paludisme en Afrique Centrale (CEEAC) et le processus d’adoption d’un plan stratégique sous régional de lutte contre le VIH/Sida, la Tuberculose et les Hépatites en Afrique centrale (CEMAC).

Commentaires des visiteurs (0)

Nous écrire

 



Scientifiques & Chercheurs

Saisir votre login et votre mot de passe.

Digital Newsletter

Si mot de passe oublié... cliquez ici ».