Messagerie | Contact




La Banque Africaine de Développement (BAD) appuie la Communauté à la lutte contre la Covid 19, avec extension des activités à la RDC.

C’est ce qui ressort de l’audience qu’a accordé par M. Gilbert MOKOKI, Ministre de la Santé et de la Population de la République du Congo, au Dr Manuel Nso OBIANG ADA, Secrétaire Exécutif de l’OCEAC, le mardi 19 octobre 2021 à Brazzaville.

Dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 en zone CEMAC, l’Organisation de Coordination pour la lutte contre les Endémies en Afrique Centrale (OCEAC), vient de bénéficier d’un appui financier de la part de la BAD à la hauteur de 9,97 millions d’Unités de compte, pour l’intensification des activités de lutte contre cette pandémie mondiale. Ainsi, une descente au Congo a été faite, après la RDC, la RCA, le Tchad et le Gabon, pour présenter ledit projet élargi à la RDC au Ministre de la santé.

La délégation de l’OCEAC était reçue par le Ministre Gilbert MOKOKI, qui a marqué son intérêt à cet apport supplémentaire du partenaire. Selon Mr le Ministre, ce projet tombe à point nommé, au moment où le Congo rentre dans sa troisième phase de résurgence de la maladie, avec la mise en place d’une opération de grande envergure dénommé « Coup de poing » permettant d’amener les populations vers la vaccination et à observer les mesures barrières, conformément aux recommandations du gouvernement. Il s’est dit satisfait des échanges entre les deux parties et mettra tout en œuvre pour mettre à la disposition de l’OCEAC des experts dédiés à ce projet.

Il convient de préciser que ledit projet s’appuie sur trois composantes à savoir :

  • Appui à la prévention, au contrôle et à la prise en charge des cas au niveau régional ;
  • Appui à la résilience des systèmes de santé de population en RCA, Tchad et RDC ;
  • Coordination régional et gestion du projet.

C’est ainsi que la première composante regroupera un certain nombre d’activités à réaliser d’ici trois mois.
Il s’agit de :

  • La Surveillance épidémiologique, avec installation des systèmes d’alerte aux points d’entrées ciblés ;
  • La formation du personnel de santé ;
  • Et l’appui à la communication.

Après une concertation qui a duré près d’une heure, les deux parties se sont séparées par une note de satisfaction, tout en faisant un tour d’horizon des dossiers d’intérêt commun à traiter dans les délais, pour le bien-être des populations.

Commentaires des visiteurs (0)

Nous écrire

 



Scientifiques & Chercheurs

Saisir votre login et votre mot de passe.

Digital Newsletter

Si mot de passe oubli... cliquez ici ».