Messagerie | Contact




Xiiième session extraordinaire du conseil de direction de l’OCEAC sur la validation du plan sous régional de renforcement de la prévention et de la surveillance de la COVID -19 au niveau des points d’entrée des pays de la CMAC et de la RDC.

23/12/2021, PAR VISIOCONFERENCE

Dans le strict respect de la légalité des principes d’authenticité des décisions, l’Organisation de coordination pour la lutte contre les Endémies en Afrique centrale (OCEAC) vient de tenir ce 21 décembre 2021 par visioconférence, un Conseil de Direction extraordinaire destiné à la validation du plan sous régional de renforcement de la prévention et la surveillance de la COVID-19 au niveau des points d’entrée des pays de la CEMAC et de la RDC, fruit des travaux des experts pays, du 14 au 17 décembre 2021 à Douala.

La séance était président par son Président le Pr Louis Richard NDJOCK, Secrétaire Général du Ministère de la Santé Publique du Cameroun, avec la participation des honorables conseillers des Etats membres (Cameroun, RCA, Congo, Gabon, Guinée Equatoriale et Tchad), les membres du Directoire de l’OCEAC et d’autres collaborateurs.

Après la vérification des mandats et le déroulement de l’agenda de l’activité par le Secrétaire Exécutif, les participants ont eu droit au mot de bienvenu du Secrétaire Exécutif de l’OCEA et par la suite au discours d’ouverture du Président dudit Conseil, qui a interpellé les honorables conseillers à faire preuve de leur technicité pour la validation de ce précieux document soumis pour examen et attendu par nos Etats pour adoption. Il convient de préciser que le nouveau plan fait suite au premier plan sous régional de lutte contre la pandémie COVID-19 dans les pays membres de la CEMAC, adopté par les ministres en charge de la santé le 12 mars 2020 et étendu à la RDC. Ce premier plan exécuté au cours des années 2020 et 2021, a permis de renforcer la réponse des pays face à la COVID-19. Toutefois, en tenant compte de la persistance de la pandémie dans la zone CEMAC, de la menace du nouveau variant « Omicron » hautement contagieux, ainsi que de la faible couverture vaccinale, il s’est avéré nécessaire de définir de nouvelles orientations pour la lutte contre la COVID-19 dans la sous-région.

Le présent plan a donc pour objectif général de contribuer à la prévention et la surveillance de la Covid-19 dans les pays membres de la CEMAC et la République Démocratique du Congo (RDC). De manière spécifique, il s’agit d’ici fin 2022 de : (i) Renforcer la coordination transfrontalière dans les 40 points ciblés ; (ii) Renforcer la surveillance transfrontalière (y compris la surveillance digitalisée et la connectivité de la population) dans au moins 21 points d’entrée prioritaires (terrestre, maritime et aérien) ; (iii) Renforcer les capacités des services médicaux (investigations, isolements, transferts) au niveau des 40 PoEs ciblés ; (iv) Renforcer les capacités de prévention et de contrôle des infections (PCI-WASH) au niveau des 40 points d’entrée ciblés ; (v) Renforcer la communication sur les risques et engagement communautaire (CREC) au niveau transfrontalier des 26 points d’entrée terrestres ciblés.

Ces différents objectifs, sont organisés autour de 04 axes stratégiques :

  • - Coordination, collaboration et suivi évaluation ;
  • - Renforcement de la veille sanitaire aux points d’entrée (voies aériennes, maritimes et terrestres) ;
  • - Renforcement des capacités aux points d’entrée ;
  • - Renforcement de la communication sur le risque et engagement communautaire.

Ce plan, focalisé sur les portes d’entrée terrestres, aériennes, fluviales et maritimes, vise à limiter la propagation de la maladie tout en préservant les échanges entre les pays. Prévu pour être mis en œuvre en 2022, pour une durée de 12 mois.

Après le discours du Président ; le tour est revenu à l’OCEAC pour faire la lecture du rapport de l’atelier des expert et la présentation de l’affaire unique inscrite à l’ordre du jour par le Secrétaire Exécutif de l’OCEAC. Par la suite, les honorables conseillers se sont planchés sur le document tout en apportant des amendements idoines. Au terme des travaux et après des débats consensuels, les honorables conseillers ont adopté le nouveau plan avec amendements. Il se chiffre à 8 430 315 160 FCFA.

Commentaires des visiteurs (0)

Nous écrire

 



Scientifiques & Chercheurs

Saisir votre login et votre mot de passe.

Digital Newsletter

Si mot de passe oubli... cliquez ici ».