Oceac – Organisation de coordination pour la lutte contre les endémies en Afrique Centrale

Documents
Cameroon, CM
6:08 pm, avril 21, 2024
28°C
Organisation de Coordination pour la lutte contre les Endémies en Afrique centrale
Organe d’exécution de la CEMAC

Proposition – Allocution Expertise France, Atelier PharmacoVigilance, OCEAC

Excellence, Madame Le Secrétaire Exécutif de l’Organisation de Coordination pour la lutte contre les Endémies en Afrique centrale, OCEAC

Madame, Monsieur, le représentant de son Excellence, Monsieur Le Ministre de la Santé Publique au Cameroun

Monsieur le représentant du Bureau Régional AFRO de l’Organisation mondiale de la Santé,

Monsieur le Conseiller Régional en Santé Mondiale, auprès de l’Ambassade de France,

Mesdames, Messieurs, chers participants, chères consœurs, chers confrères, venus du Cameroun, du Congo, du Gabon, de Guinée-Équatoriale, de République Centrafricaine, et du Tchad

Fort de l’adoption, le 11 février 2019, du Traité portant création de l’Agence Africaine du Médicament, AMA, et fort de son installation, tout récemment, à Kigali au Rwanda,

Fort des résultats concrets enregistrés dans le cadre de l’Initiative d’harmonisation de la réglementation des produits pharmaceutiques en Afrique, AMRH, portée par l’Union Africaine,

Fort de la dynamique relative à la mise en place des Couvertures Sanitaires Universelles et au renforcement des capacités de la production pharmaceutique locale, dans les États membres des différentes Communautés Économiques Régionales en Afrique,

La disponibilité et l’accessibilité à des produits pharmaceutiques de qualité, sûrs, efficaces et abordables, sont une priorité pour contribuer, tant au renforcement des systèmes de santé, qu’à l’atteinte du 3ème Objectif de Développement Durable fixé par l’Organisation des Nations Unies, et à la mise en œuvre, par l’Union Africaine, de l’agenda 2063 pour le développement de l’Afrique.

En Afrique centrale, comme ailleurs, cet objectif constitue un défi nécessitant la mobilisation de tous. Les pharmaciens, en particulier, ont un rôle crucial à jouer contre le péril croissant du trafic de médicaments de qualité inférieure et falsifiés, l’augmentation des résistances aux anti-microbiens, le mésusage et la défiance envers les professionnels de santé. Face à ces menaces, le renforcement des compétences pharmaceutiques et la sécurisation des circuits d’approvisionnement sont indispensables.

L’article 6 du Traité de l’AMA mentionne la nécessité de coordonner la collecte, la gestion, le stockage et l’échange d’informations sur la qualité et la sécurité de tous les produits médicaux. De plus, une surveillance efficace du marché pharmaceutique exige un système de vigilances performant, conformément aux directives de l’Organisation mondiale de la Santé en la matière.

Depuis le 20 février 2014, la Politique Pharmaceutique Commune, sous l’impulsion de l’OCEAC, est entrée dans sa phase d’exécution. Son 4ème objectif stratégique stipule la mise en place d’un système d’assurance qualité opérationnel des produits pharmaceutiques dans les États membres de la CEMAC. A cet effet, le Règlement communautaire n°03/13 a été adopté, relatif aux lignes directrices sur la pharmacovigilance. Les États membres s’étaient engagés, entre autres,  à mettre en place une structure régionale chargée de la coordination en matière de pharmacovigilance, afin d’améliorer les performances des systèmes nationaux de pharmacovigilance.

Presque 10 années après l’adoption de la PPC, cet atelier arrive à point nommé pour procéder à un état des lieux, pour adopter une stratégie de renforcement des systèmes de pharmacovigilance et pour initier la transformation numérique dans la gestion des notifications des effets indésirables et de leur imputabilité, dans un contexte très dynamique, sur le continent africain, de renforcement des capacités de la production pharmaceutique locale et de lutte contre les médicaments de qualité inférieure et falsifiés.

Madame Le Secrétaire Exécutif de l’OCEAC

Madame, Monsieur, le représentant de Monsieur Le Ministre de la Santé Publique

Expertise France est honorée d’avoir été sollicitée par l’OCEAC et d’avoir été associée à cet exercice de coopération technique et d’harmonisation de la réglementation pharmaceutique.

Agence publique, Expertise France est l’acteur interministériel de la coopération technique internationale, filiale du Groupe Agence Française de Développement (Groupe AFD). Elle conçoit et met en œuvre des projets qui renforcent durablement les politiques publiques dans les pays en développement et émergents. Plus particulièrement avec l’OCEAC, soucieuse de contribuer au renforcement des capacités des Autorités Nationales de Réglementation Pharmaceutique et des compétences des ressources humaines en matière de réglementation et de régulation pharmaceutiques, la France a inscrit son intervention dans une continuité, notamment entre

  • l’assistance technique déployée en 2021 dans le cadre de l’Initiative, pour un appui au processus conjoint d’homologation des produits pharmaceutiques,
  • l’assistance technique actuellement déployée dans le cadre d’un financement du Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères pour le renforcement des systèmes nationaux de pharmacovigilance
  • et le projet REG-PHARMA, financé par l’AFD dans les États membres de l’UEMOA et de la CEMAC, qui apportera (i) un appui aux Instances régionales dans l’harmonisation de la réglementation pharmaceutique et dans la coopération technique, (ii) l’accompagnement de certaines Autorités nationales vers le niveau de maturité 3 selon la classification GBT de l’OMS et vers l’émergence de centres régionaux d’excellence, dans certaines fonctions réglementaires, et (iii) le renforcement des compétences des ressources humaines.

L’atelier auquel vous nous conviez cette semaine, devra contribuer, à l’échelle régionale, à une redynamisation de la mobilisation en faveur de la pharmacovigilance, dans le but de renforcer la surveillance du marché pharmaceutique, notamment en sensibilisant à l’importance de la pharmacovigilance, du signalement des effets indésirables et des échecs thérapeutiques ; en contribuant à la dématérialisation pour la e-notification des effets indésirables ; en formant les pharmaciens et les professionnels de la santé à la gestion des notifications/signalements.

Nous souhaitons donc plein succès aux experts dans leurs travaux durant ces 5 journées, afin de renforcer les performances du système de pharmacovigilance. 

Merci pour votre accueil et votre hospitalité.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Site Internet du Programme MTN

Focus sur les Maladies Tropicales Négligées

Aller sur : www.oceac-mtn.org

Visiter le site Internet Oceac-Mtn official website

Ceci fermera dans 1 secondes

SITUATION SANITAIRE ZONE CEMAC (Source : statistiques sanitaires 2010 OMS)

CAMEROUN

La mortalit� et la morbidit�

Taux de mortalit� des moins de 5 ans (pour 1000 naissances vivantes)

Ratio de mortalit� maternelle (pour 100. 000 naissances vivantes)

Pr�valence Tuberculose sur 100.000 hb

Incidence Tuberculose sur 100.000 hb

Pr�valence du VIH chez les adultes de 15 � 49 ans (%)

Taux de mortalit� Paludisme (100.000 hb)

Nombre de cas de Paludisme

Nombre de cas de Poliomy�lite.

131

1000

150

190

5,1

116

1650749

3

La couverture sanitaire (services de sant�)

MCV

DTP 3

HepB3

Taux de contraception

Acc�s traitement ARV %

Taux de d�pistage des Tuberculoses � frottis positifs (%)

Taux de succ�s th�rapeutique contre la Tuberculose � frottis positif (%)

80

84

84

29,2

25

93

76

D�penses de sant�

Total des d�penses de sant� en % du produit int�rieur brut

D�penses publiques g�n�rales de sant� en % du total des d�penses de sant�

D�penses priv�es de sant� en % du total des d�penses de sant�

D�penses publiques g�n�rales de sant� en % du total des d�penses publiques de sant�.

Ressources externes pour la sant� en % du total des d�penses de sant�.

D�penses publiques de sant� par hbt (PPA $ int)

4,9

25,9

74,1

8,1

5,2

27

Personnel de sant�

M�decins

Personnel infirmier et sages-femmes

Personnel en dentisterie

Personnel en pharmacie

Personnel dans les domaines de l�environnement et de la sant� publique

Nombre

Densit� (pour 10 000 habitants)

Nombre

Densit� (pour 10 000 habitants)

Nombre

Densit� (pour 10 000 habitants)

Nombre

Densit� (pour 10 000 habitants)

Nombre

Densit� (pour 10 000 habitants)

2009

2009

2009

2009

2009

3124

2

26 042

SITUATION SANITAIRE ZONE CEMAC (Source : statistiques sanitaires 2010 OMS)

REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

La mortalit� et la morbidit�

Taux de mortalit� des moins de 5 ans (pour 1000 naissances vivantes)

Ratio de mortalit� maternelle (pour 100. 000 naissances vivantes)

Pr�valence Tuberculose sur 100.000 hb

Incidence Tuberculose sur 100.000 hb

Pr�valence du VIH chez les adultes de 15 � 49 ans (%)

Taux de mortalit� Paludisme (100.000 hb)

Nombre de cas de Paludisme

Nombre de cas de Poliomy�lite.

173

980

420

340

6,3

100

152260

14

La couverture sanitaire (services de sant�)

MCV

DTP 3

HepB3

Taux de contraception

Acc�s traitement ARV %

Taux de d�pistage des Tuberculoses � frottis positifs (%)

Taux de succ�s th�rapeutique contre la Tuberculose � frottis positif (%)

62

54

19,0

21

68

67

D�penses de sant�

Total des d�penses de sant� en % du produit int�rieur brut

D�penses publiques g�n�rales de sant� en % du total des d�penses de sant�

D�penses priv�es de sant� en % du total des d�penses de sant�

D�penses publiques g�n�rales de sant� en % du total des d�penses publiques de sant�.

Ressources externes pour la sant� en % du total des d�penses de sant�.

D�penses publiques de sant� par hbt (PPA $ int)

4,1

34,7

65,3

11,0

25,9

10

Personnel de sant�

M�decins

Personnel infirmier et sages-femmes

Personnel en dentisterie

Personnel en pharmacie

Personnel dans les domaines de l�environnement et de la sant� publique

Nombre

Densit� (pour 10 000 habitants)

Nombre

Densit� (pour 10 000 habitants)

Nombre

Densit� (pour 10 000 habitants)

SITUATION SANITAIRE ZONE CEMAC (Source : statistiques sanitaires 2010 OMS)

CONGO

La mortalit� et la morbidit�

Taux de mortalit� des moins de 5 ans (pour 1000 naissances vivantes)

Ratio de mortalit� maternelle (pour 100. 000 naissances vivantes)

Pr�valence Tuberculose sur 100.000 hb

Incidence Tuberculose sur 100.000 hb

Pr�valence du VIH chez les adultes de 15 � 49 ans (%)

Taux de mortalit� Paludisme (100.000 hb)

Nombre de cas de Paludisme

Nombre de cas de Poliomy�lite.

127

740

SITUATION SANITAIRE ZONE CEMAC (Source : statistiques sanitaires 2010 OMS)

GABON

La mortalit� et la morbidit�

Taux de mortalit� des moins de 5 ans (pour 1000 naissances vivantes)

Ratio de mortalit� maternelle (pour 100. 000 naissances vivantes)

Pr�valence Tuberculose sur 100.000 hb

Incidence Tuberculose sur 100.000 hb

Pr�valence du VIH chez les adultes de 15 � 49 ans (%)

Taux de mortalit� Paludisme (100.000 hb)

Nombre de cas de Paludisme

Nombre de cas de Poliomy�lite.

77

520

410

450

5,9

96

187714

���

La couverture sanitaire (services de sant�)

MCV

DTP 3

HepB3

Taux de contraception

Acc�s traitement ARV %

Taux de d�pistage des Tuberculoses � frottis positifs (%)

Taux de succ�s th�rapeutique contre la Tuberculose � frottis positif (%)

55

38

38

32,7

42

54

SITUATION SANITAIRE ZONE CEMAC (Source : statistiques sanitaires 2010 OMS)

GUINEE EQUATORIALE

La mortalit� et la morbidit�

Taux de mortalit� des moins de 5 ans (pour 1000 naissances vivantes)

Ratio de mortalit� maternelle (pour 100. 000 naissances vivantes)

Pr�valence Tuberculose sur 100.000 hb

Incidence Tuberculose sur 100.000 hb

Pr�valence du VIH chez les adultes de 15 � 49 ans (%)

Taux de mortalit� Paludisme (100.000 hb)

Nombre de cas de Paludisme

Nombre de cas de Poliomy�lite.

147

680

63

130

3,4

220

148542

���.

La couverture sanitaire (services de sant�)

MCV

DTP 3

HepB3

Taux de contraception

Acc�s traitement ARV %

Taux de d�pistage des Tuberculoses � frottis positifs (%)

Taux de succ�s th�rapeutique contre la Tuberculose � frottis positif (%)

51

33

10,1

31

87

60

D�penses de sant�

Total des d�penses de sant� en % du produit int�rieur brut

D�penses publiques g�n�rales de sant� en % du total des d�penses de sant�

D�penses priv�es de sant� en % du total des d�penses de sant�

D�penses publiques g�n�rales de sant� en % du total des d�penses publiques de sant�.

Ressources externes pour la sant� en % du total des d�penses de sant�.

D�penses publiques de sant� par hbt (PPA $ int)

2,1

80,4

19,6

6,9

4,8

436

Personnel de sant�

M�decins

Personnel infirmier et sages-femmes

Personnel en dentisterie

Personnel en pharmacie

Personnel dans les domaines de l�environnement et de la sant� publique

Nombre

Densit� (pour 10 000 habitants)

Nombre

Densit� (pour 10 000 habitants)

Nombre

Densit� (pour 10 000 habitants)

Nombre

Densit� (pour 10 000 habitants)

Nombre

Densit� (pour 10 000 habitants)

2009

2009

2009

2009

2009

153

3

271

5

15

<0,5

121

<2

18

<0,5

SITUATION SANITAIRE ZONE CEMAC (Source : statistiques sanitaires 2010 OMS)

TCHAD

La mortalit� et la morbidit�

Taux de mortalit� des moins de 5 ans (pour 1000 naissances vivantes)

Ratio de mortalit� maternelle (pour 100. 000 naissances vivantes)

Pr�valence Tuberculose sur 100.000 hb

Incidence Tuberculose sur 100.000 hb

Pr�valence du VIH chez les adultes de 15 � 49 ans (%)

Taux de mortalit� Paludisme (100.000 hb)

Nombre de cas de Paludisme

Nombre de cas de Poliomy�lite.

209

1500

580

290

3,5

173

478987

64

La couverture sanitaire (services de sant�)

MCV

DTP 3

HepB3

Taux de contraception

Acc�s traitement ARV %

Taux de d�pistage des Tuberculoses � frottis positifs (%)

Taux de succ�s th�rapeutique contre la Tuberculose � frottis positif (%)

23

20

10

2,8

13

19

���

D�penses de sant�

Total des d�penses de sant� en % du produit int�rieur brut

D�penses publiques g�n�rales de sant� en % du total des d�penses de sant�

D�penses priv�es de sant� en % du total des d�penses de sant�

D�penses publiques g�n�rales de sant� en % du total des d�penses publiques de sant�.

Ressources externes pour la sant� en % du total des d�penses de sant�.

D�penses publiques de sant� par hbt (PPA $ int)

4,8

56,3

43,7

13,8

11,3

40

Personnel de sant�

M�decins

Personnel infirmier et sages-femmes

Personnel en dentisterie

Personnel en pharmacie

Personnel dans les domaines de l�environnement et de la sant� publique

Nombre

Densit� (pour 10 000 habitants)

Nombre

Densit� (pour 10 000 habitants)

Nombre

Densit� (pour 10 000 habitants)

Nombre

Densit� (pour 10 000 habitants)

Nombre

Densit� (pour 10 000 habitants)

2009

2009

2009

2009

2009

345

<0,5

2 499

3

15

<0,5

37

<0,5

230

<0,5